Peintures décoratives, toutes les fiches-déco

Vous souhaitez rompre avec l’aspect trop lisse et trop brillant d’une laque ou l’effet monotone et uniforme d’une mono-couche mate ? Vous trouverez, dans les grandes surfaces de bricolage et les rayons spécialisés des grands magasins, une variété de produits à utiliser pour obtenir différents effets de texture.

peintures décoratives

 

Effets de surface et de matière:

L’enduit appliqué au couteau

Pour créer des effets de surface irrégulière et offrir une texture originale, Remplacez la peinture de fond par un enduit non lissé que vous appliquerez au couteau. Une fois l’enduit sec, appliquez votre couleur.

L’enduit à cirer

L’enduit à cirer a pour effet d’imiter les plâtres anciens. La consistance épaisse de cet enduit est idéale pour couvrir un mur irrégulier et masquer ses imperfections.
Il existe dans le commerce des enduits à cirer prêts à l’emploi.

1. Appliquez l’enduit sur le mur au rouleau « nid d’abeille » (rouleau alvéolé).
2. L’enduit se répartit de façon irrégulière et, selon l’effet de relief souhaité, vous pouvez le lisser à l’aide d’une taloche.
3. Une fois votre enduit sec, appliquez la cire colorée avec une éponge.
4. Pour obtenir une brillance, vous pouvez lustrer la cire avec un chiffon propre.

Peindre à la chaux : badigeon à la chaux

Réputée pour ses propriétés assainissantes et hygiéniques (anti-moisissure), la chaux est une technique ancienne que l’on utilisait volontiers autrefois pour couvrir les surfaces extérieures. Aujourd’hui, grâce à son bel effet de matière, la chaux s’applique aussi bien comme revêtement des murs intérieurs. La chaux conçue pour les revêtements intérieurs a pour avantage de ne plus laisser de traces blanches lorsque l’on passe la main sur le mur qui en a été recouvert.

Même si la chaux s’applique sur tous les supports, préférez les murs poreux : tels que la brique, la pierre ou le mortier qui permettent une bonne adhérence.

1. Commencez par humidifier votre mur.
2. Préparez la surface en appliquant une couche d’impression, (résine d’accrochage, un enduit). Cette sous-couche permettra une application facile de la chaux en fixant les supports.
3. Laissez sécher 24 heures.
4. Dans un récipient (un grand sceau), versez la chaux en pâte.
5. Remuez la pâte avec un bâton et ajoutez de l’eau (3 volumes d’eau pour 1 volume de chaux).
6. Progressivement, versez dans votre mélange le liant acrylique (ou de la colle vinylique diluée).
Attention ! Au moment de votre mélange de préparation, si vous colorez la chaux, prévoyez large. Le badigeon de chaux éclaircit au séchage et il est souvent difficile de retrouver la couleur de départ sans se tromper.
7. Vous appliquerez la chaux avec un large pinceau (spalter) en plusieurs couches très fines.

Peindre au torchis (sable)

Utilisez un enduit dont la texture est finement sablée. Son effet masquant vous permet de camoufler les murs irréguliers et leurs défauts. Vous trouverez dans le commerce des torchis à cirer prêts à l’emploi.
Appliquez l’enduit a l’aide d’un rouleau alvéolé.
N.B Vous pourrez décoller l’enduit avec une décolleuse (comme le papier peint).

Effets profondeur et effets décoratifs:

 Les glacis

Pour créer des effets de profondeur préparez soigneusement votre glacis (plus subtile qu’une peinture acrylique classique). Le glacis est une couche de couleur transparente qui produit un aspect plus ou moins translucide. Plus la teinte de fond est vive, mieux elle mettra en valeur l’effet du glacis.
Le glacis s’applique (à l’éponge, au chiffon ou autre) sur une couche de peinture de base de même nature.

Il existe deux types de glacis :
Le glacis à l’eau : se dilue à l’eau
Le glacis à l’huile : s’emploie avec des finitions à l’huile et se dilue au White-spirit.
Vous trouverez dans le commerce des glaçis acryliques prêts à l’emploi : ceux-ci ont le seul inconvénient de sécher très vite. Sinon préparez-les vous-même.

Glacis à l’eau :
Mélangez un volume de peinture acrylique mate à trois volumes d’eau.

Glacis à l’huile :
Mélangez 75% d’essence de térébenthine avec 25 % d’huile de lin.
Ajoutez quelques gouttes de siccatif par litre.
Ajoutez des pigments colorants.

Patine à l’éponge

Pour appliquer votre glacis sur le mur, plusieurs techniques s’offrent à vous:

Patine à l’éponge 1ère technique:

Matériel :
Un rouleau
Une éponge naturelle.
2 teintes (voir 3 maximum)

1. Appliquez au rouleau une première couche de peinture (couleur de base). Laissez sécher complètement.
2. Appliquez avec une éponge une seconde teinte (glacis) en commençant par le haut du mur. Tamponnez le mur avec votre éponge (pour vous faire une idée de l’effet, faites un essai sur un papier bristol avant de vous lancer).
Pour éviter l’aspect monotone des traces laissées par l’éponge, vous tamponnerez le mur à l’éponge en modifiant régulièrement l’orientation de votre geste.
3. Reprenez de la couleur, lorsque nécessaire (essorez suffisamment votre éponge afin d’éviter les éventuelles coulées sur le mur).
Peu à peu, couvrez toute la surface de votre mur.
4. Pour les angles, employez un petit bout d’éponge, plus maniable.
5. Une fois votre mur sec, si vous souhaitez plus de subtilité et plus de profondeur, vous pouvez appliquer une troisième teinte à l’éponge.

Patine à l’éponge 2nde technique:

Matériel:
un pinceau brosse plat
une éponge naturelle
2 teintes

1. Appliquez au pinceau une couche de glacis sur une petite zone; 1 m² environ (inutile de peindre sur une plus grande surface, pour un effet optimal, votre peinture doit être fraîche)
Vous étalerez votre peinture dans tous les sens.
2. Immédiatement après l’application de la peinture, tamponnez votre glacis avec une éponge propre et humide pour obtenir un effet moucheté.
3. Une fois l’effet souhaité obtenu, passez au m² d’à côté.
Attention, lorsque votre éponge est saturée de peinture, nettoyez-la soigneusement pour que sa texture s’imprime de façon homogène sur l’ensemble de la surface à peindre.
4. Pour les angles, employez un petit bout d’éponge, plus maniable.

Peindre au chiffon : effet essuyé

Chiffon froissé et tamponné:

1. Sur une surface blanche, appliquez votre glacis avec un chiffon de coton froissé:
Trempez le chiffon dans la peinture et tamponnez contre le mur. Créez des formes irrégulières en modifiant l’orientation de votre geste.
2. Changez régulièrement de chiffon : lorsque le chiffon est saturé de glacis, il ne marque plus de motifs sur le mur.

Autre possibilité:
Sur la surface colorée et encore fraîche et humide, tamponnez avec votre chiffon propre.

Chiffon roulé:

1. Appliquez une couche de glacis sur le mur
2. Roulez le chiffon et tordez-le pour qu’il forme un boudin
3. Trempez-le dans le glacis
4. Sur le mur, roulez le chiffon de haut en bas de façon verticale sur la surface en veillant à ce qu’il soit toujours en contact avec le mur
5. Après chaque bande verticale, changez de chiffon.

Effet moucheté

L’effet moucheté ne peut s’obtenir sur une peinture glycéro. Cette technique ne concerne que les glacis à l’eau. Travaillez par petites zones (1 m² par 1 m²) car le glacis de base sèche très vite.

1. Appliquez votre glacis au pinceau en ondulant le mouvement sur le mur.
2. Tamponnez immédiatement le glacis tout juste appliqué et encore humide avec une brosse à moucheter.
3. Lorsque vous passez à la zone d’à côté, essuyez bien votre brosse sur un chiffon propre pour éviter la saturation de peinture et obtenir un effet homogène.
4. Dans les angles, lorsque la brosse ne passe pas, utilisez un pinceau-brosse à moucheter.

La peinture craquelée

Cet effet s’obtient par l’utilisation de deux peintures.

1. Appliquez une première couche assez épaisse de peinture glycérophtalique.
2. Avant que celle-ci ne sèche, posez une deuxième couche de peinture vinylique ou acrylique à l’eau. La peinture glycéro (la 1ère couche) sèchera moins vite que la peinture à l’eau (2nde couche).
Celle-ci va se craqueler au fur et à mesure du séchage de la peinture glycéro.
3. Pour un rendu encore plus authentique, vous pouvez ensuite brunir légèrement les craquelures avec un mélange d’huile de lin et de peinture noire appliquée au chiffon.

Imitation du bois : veinage & faux-bois

Pour une surface en bois déjà peinte : utilisation du pinceau

1. Appliquez un glacis à l’aide d’un pinceau brosse plat (largeur du pinceau : 4 cm environ )
Lorsque vous peignez, évitez de faire chevaucher vos applications. Vos couches de glacis ne doivent pas empiéter l’une sur l’autre.
2. A l’aide d’un pinceau spécial et sec appelé « queue de morue » (pinceau plat aux poils longs), lissez votre glacis dans le sens du bois. Le pinceau doit être posé à plat sur la surface à peindre.
3. Entre chaque passage du pinceau « queue de morue », essuyez les poils sur un tissu propre.

Technique au peigne

1. Appliquez une première couche de glacis au pinceau en bandes verticales sur une petite surface.
2. Plaquez immédiatement le peigne contre la surface encore fraîche, et glissez-le de haut en bas, sans appuyer trop fort, en effectuant un lent mouvement de balancier.
3. Si l’effet ne vous plait pas, lissez puis, recommencez.

Le Cérusage

La technique du cérusage consiste à boucher avec une cire blanche les pores du bois type chêne, châtaigner, frêne….pour mettre en valeur les veines du bois.

1. Ouvrir les veines du bois avec une brosse à céruser (petite brosse en acier laitonné). Brosser le bois dans le sens des veines du bois.
2. Avec de la laine d’acier 000, remplir les veines ouvertes de cire à céruser dans le sens des veines du bois ou bien, avec de la mèche de coton par des mouvements circulaires.
3. Enlevez l’excédent de céruse avec une spatule.
4. Laisser sécher une demi-heure puis renouveler l’opération si nécéssaire.

La cire à céruser étant un produit cher, vous pouvez la préparer vous-même:
Choisissez une cire pour parquet semi-liquide avec térébenthine. Ajoutez du blanc de titane ou du blanc de zinc en poudre et mélangez. Vous devez obtenir une pâte épaisse. Appliquez votre pâte comme expliqué ci-dessus (étapes 1. à 4.)

Tags :